Err

EURL E-CHOPPES
Georges DURET - Une frêle silhouette -
C’était un homme plutôt menu et de petite taille, revêtu, été comme hiver d’une pèlerine jetée sur une soutane quelque peu élimée, mais sans jamais aucune tache, avec également été comme hiver, un cache-nez tout aussi élimé autour du cou. Le chapeau ecclésiastique n’était guère plus brillant. Quoiqu’il en soit de ces vêtements véritablement pauvres, il était toujours parfaitement rasé et toujours très propre. Quant aux cheveux grisonnants avant l’âge, ils étaient taillés si courts qu’aucune raie n’était possibleLe faciès immobile était sérieux,très légèrement voilé d’un peu de tristesse.
Mais cela ne l’empêchait pas de sourire d’un air malicieux,comprenant à mi-mot la moindre plaisanterie et même de rire de bon cœur en société devant une situation comique.
C’est cet homme que l’on voyait trottiner en ville, ou que l’on voyait faire les cent pas à bonne allure sous un préau du collège, quand les élèves étaient en classe. Peut-être est-ce de ce trottinement, que lui venait le surnom du « rat ». Quoiqu’il en soit de ce surnom, nullement péjoratif, cet homme solitaire et taciturne était de tous respecté, tout le monde reconnaissant en lui une supériorité considérable.
Car, cet homme ne perdait pas son temps à papoter avec ses confrères, pour s’entretenir de faits divers sans intérêt. Quand il engageait une conversation, c’était pour échanger des idées ou approfondir une question. Bien qu’il parût bien frêle, il ne semble pas qu’il n’ait jamais été arrêté pour maladie. Mais il faut aussi tenir compte du fait qu’il ne laissait jamais transparaître sa fatigue ou quelque problème de santé que ce fût, parlant encore moins de lui-même.