Err

EURL E-CHOPPES
Homélie du Père Jean BERTHELOT
Messe du 14 mars 2010 au Lycée des Feuillants à POITIERS - Dimanche de Laetare -
Aujourd’hui nous avons un texte magnifique, celui de Josué et du passage du Jourdain. L’eau est arrêtée en amont sur la gauche d’Israël, les eaux sont répandues en amont et non en aval. Les enfants d’Israël le passent de façon miraculeuse et c’est la célébration de la Pâques. Le lendemain de la Pâques, la manne cesse de tomber, car ils sont arrivés en terre promise. Il leur faut maintenant travailler cette terre et s’enraciner dans la vérité de cette terre. Il leur faut travailler dur pour manger sur cette terre de Canaan, symbole indirect du baptême. En effet, le Seigneur nous guide à travers le baptême, qu’il soit reçu tout petit ou plus tard, on peut alors accéder à ce mystère de grâces. Ne nous reposons pas sur nos lauriers, car nous devons travailler à faire monter le germe mystérieux planté en nous, à travers le ministère du prêtre.
Le Seigneur nous parle à travers St Paul. En Jésus Christ, quelque chose de nouveau est arrivé sur la terre, le Christ lui-même nous transmet quelque chose d’absolument nouveau;à notre tour de le transmettre et il ne s’agit pas de le faire comme le mauvais serviteur (dans la parabole des mines) qui a caché dans son mouchoir et enterré le talent ou la mine et la ressort toute propre, toute neuve. Le Seigneur se fâche et demande que les choses fructifient :« Pourquoi n’es-tu pas allé à la Banque ? Tu ne l’as pas fait fructifier.Il dit même, paresseux : Tu peux tout de même aller à la Banque et que d’autres fassent fructifier. » Quelqu’un qui se sent faible et misérable,cela peut arriver qu’il se dise : « Je vais faire quelque chose, donner un peu d’argent pour célébrer une messe ». Quelquefois nous sommes paralysés, sourds et aveugles, nos sens spirituels sont dans la misère.
Tout cela vient de Dieu, Dieu nous a réconciliés avec le Christ. La réconciliation est un travail perpétuel, c’est le travail de l‘Église de réconcilier les hommes avec Dieu. Le mystère du baptême. L’Église n’est pas une organisation des religions unies, ni des nations unies, car ces organisations extraordinaires sont basées sur les passions humaines et sont souvent désunies. Il s’agit de transmettre la vérité pleine et entière reçue de notre Père qui vient pour nous guérir.Cette réconciliation n’est pas d’autrefois, du 1er siècle après Jésus-Christ. Elle est efficace quand le Seigneur est passé. Seulement le Seigneur nous a donné des saints pour que nous voyions bien ce travail de réconciliation.

Cette réalité-là est quotidienne, active dans la création.Le Seigneur n’est pas parti en vacances, il ne fait pas grève, il est tout près de notre cœur, si nous le voulons. Si nous faisons ce que le Seigneur nous demande, écoutons ses commandements et il vous arrivera comme il est arrivé aux saints de l‘ancien temps.
Par exemple, Saint Gérard MAGELLA, un saint célèbre qui a vécu au siècle des lumières. Les grands personnages de l’époque comme d’Alambert, rationaliste célèbre, et fanatique. Il est né juste après Saint Alphonse de Liguori, il est entré chez les Rédemptoristes et peu après son entrée, étant tout donné à Dieu et d’une telle sainteté, qu’il faisait des miracles innombrables. Devant cette réalité bouleversante,son supérieur lui a intimé de ne faire des miracles, que s’il en avait la permission. Le rationalisme se répandait de façon très forte avec Voltaire et Rousseau ; et en face de leur fausse doctrine, il y avait Saint Gérard. Le Seigneur obéira aux supérieurs de Saint Gérard. Luc dans la parabole de l’enfant prodigue nous parle de la miséricorde,pour nous donner une petite idée de l’amour de Dieu pour nous. Les Pharisiens et les scribes, des fils de Moïse (un peu comme « le St Siège » de Moïse, l’élite d’Israël, le Sanhédrin), les voilà qui se fâchent contre le Seigneur. Ils mangent avec lui et le Seigneur s’approche des pestiférés et les guérit parfois, quant à eux, ils ne se salissent surtout pas avec les pécheurs et les publicains.
Le Seigneur lui a toujours agi ainsi, il ne nous regarde pas de son infinie grandeur, il est le Père qui accepte même les choses mauvaises, ceci dans l’attente de choses meilleures. Dans la parabole de l’enfant prodigue, la lecture de ce jour, le plus jeune perd tout son argent, il s’en va très loin de Dieu. Cela peut nous arriver, et il nous dit qu’il peut accueillir celui qui revient avec repentir.Le fils avait préparé toute une considération à dire, il n’en a pas eule temps, son père a dit : « Vite, apportez de beaux vêtements » : voilà comment le Seigneur nous accueille.

Sachons que cette élévation de la grâce de Dieu existe toujours pour nous, le Seigneur s’approche pour nous guérir, nous consoler, nous remettre en face de la vérité et nous donner la force de marcher vers lui. Le fils aîné fidèle, c’est à dire le prêtre, le diacre, le laïc engagé,malheureusement souvent, n’ont pas été à la hauteur pour accueillir ceux qui sont partis très loin.Le Cardinal John Henry Newman, devenu catholique, a lui aussi subi des critiques féroces des anglicans, ceci aux alentours des années 1840.Fâchés contre lui, ils ont été jusqu’à revenir à la liturgie ancienne deSt Pie V sous une forme artificielle, afin que les chrétiens anglicans ne s’en aillent pas de leurs églises. Les textes étaient les mêmes et pouvaient aussi bien être anglicans que catholiques, les paroissiens ne pouvaient s’y retrouver. Ceux qui étaient dans l’Église depuis quelques générations, ont très mal accueilli ce nouveau converti dont le zèle, la joie, l’énergie les dérangeait. Il ne faut pas que nous regardions les autres avec des yeux soupçonneux, mais au contraire, il nous faut rendre grâce que d’autres reviennent dans le bercail. Réjouissons nous de cette petite halte du dimanche de « Laetare », « Réjouis-toi que la joie du seigneur soit notre forteresse »; demandons au Seigneur, de nous aider à nous mettre de plus en plus en paix avec lui, dans la joie et la paix. Rentrer dans les rails de la vérité, aller vers notre fin, vers notre mort et pouvoir dire : Voilà, je m’approche de l’éternelle vérité,celle que j’ai voulu servir de tout mon cœur sur la terre, ainsi soit-il.