Err

EURL E-CHOPPES
L’affaire du Lycée PAILLERON
La mort l’an passé de Monsieur René MONORY, est l’occasion
de rappeler à notre mémoire cette triste expérience
que furent les lycées Pailleron. Ce type de lycée à structure
métallique était construit en grand nombre dans les
années 70.
En 1973 l’année des deux chocs pétroliers, le babyboom
se faisant sentir, l’on avait décidé d’ouvrir un nouveau collège
tous les jours. Justement un anglais, nommé KEAT
avait mis au point ce type de construction vers 1965 qui
avait l’avantage de n’être pas chère : une chape de béton,
une armature métallique préfabriquée, un bardage en carton
bouilli ou en métal profilé, le flocage ignifugé n’existait
pas encore.
Ce mardi 6 février 1973 coïncidèrent donc l’inauguration
du collège Pailleron de Loudun – le 1er collège de ce type de la
Vienne, des mains de Monsieur René MONORY, et l’annonce
de l’incendie criminel du CES Pailleron parisien juste avant la
réception ; l’annonce des décès d’enfants amena la consternation
sur les visages. En effet sous l’action du feu et de la
chaleur, les parties métalliques avaient vrillé, et provoqué
l’effondrement de la structure du bâtiment en moins de 5
minutes. 25 collégiens furent retrouvés sous les décombres.
Le collégien pyromane n’avait eu besoin que de deux litres
d’essence, son geste aurait été consécutif à des brimades…
Les élèves de Jaunay-Clan quant à eux, se souviennent
de leur Lycée Pailleron aux murs en carton bouilli, qui s’ouvraient
à l’occasion d’une bousculade entre garçons. On y
avait, paraît-il froid, mais sur le plan phonique, ils étaient
confortables.
Depuis, on envisage de donner le nom de MONORY au
lycée innovant du Futuroscope.
Environ 55 CES de ce type avaient été construits, et
c’est ainsi que plus de 1000 constructions employant ce
même type de construction ont dû être petit à petit rasées.
Il ne reste en France qu’un CES encore debout.
Sans le vouloir Monsieur René MONORY a permis le jour
de son enterrement, par la monopolisation des forces de
l’ordre autour des 3 Présidents de la République et autres
personnalités, dont notre archevêque, rassemblés autour
de sa dépouille, que Madame Rachida DATI annule son
déplacement à Poitiers, annoncé dans la presse en vue
d’une signature…



Tag satanique sur le mur adjacent à l’entrée du lycée des Feuillants, rue des Feuillants.